Talkshows in der Zeitenwende

Die Wärme entweicht mit kläglichem Zischen
Aus allen Gesprächen mit Schlussapplaus.
Wörter haben einen Bleigeschmack,
Wenn über Schützengräben die Floskeln fliegen,
Tödlich wie die Haubitzen.

Stell dir vor, es ist Krieg, und du schwiegest dazu.
Oder weintest über den Leopard.
Dachtest an das Schrapnell,
Das sich schmatzend in ihre Körper bohrt.
Anstatt zu sagen, was du nicht weißt.

Jour de deuil

Sans trop de mots

Aujourd’hui est un jour de deuil. L’aveuglement nationaliste tue à nouveau en Europe. Nous sommes de tout cœur avec les victimes. Nous tremblons avec tous ceux qui s’engagent pour la paix, la démocratie et les droits de l’homme.

© Lukas Beck (Une mise en scène toute simple: Les membres de la troupe du Burgtheater Robert Reinagl, Dörte Lyssewski, Daniel Jesch, Nils Strunk, Christoph Luser, Regina Fritsch d.g.à.d.)

Le plus beau flash de l'année

Sebastian Kurz a démissionné. Depuis 2017, le homme de Vienne a fait beaucoup de dégâts et ébranlé la confiance dans la culture politique. Tout a commencé lorsqu’il a formé une coalition avec le parti d’extrême droite FPÖ pour devenir chancelier en Autriche. Sa coalition s’est déchaînée contre l’immigration et a formé une alliance nationaliste au sein de l’UE avec la Hongrie, la Pologne et la Slovaquie. Kurz a accusé le Sud de gaspillage et s’est posé en maître d’école économe, alors que la corruption prospérait chez lui. En 2019, le gouvernement s’est effondré parce que le chef du FPÖ Heinz-Christian Strache s’est fait filmer en train de faire de la politique : ivre dans une arrière-salle. Après sa réélection et une coalition avec les Verts ( !), on a découvert comment Kurz faisait de la politique : par le biais de messages niveleux sur smartphone. Le Burgtheater de Vienne et le Standard ont transformé en art les protocoles de chat embarrassants de la clique d’opportunistes - la mise en scène, d’une simplicité grandiose, peut être vue et entendue en ligne ici.

Unhappy new year

L’année 2021 commence par une nouvelle triste et bien connue depuis longtemps : la Grande-Bretagne est sortie de l’UE. Le référendum de Brexit, le 23 juin 2016, a été un moment crucial dans l’histoire de l’intégration européenne. Même le chroniqueur conservateur Nikolaus Blome parle sur Spiegel Online “de colère à la place de morosité”. Ceux qui sont moins pessimistes trouvent au moins la consolation suivante : Le Brexit oblige les pro-européens à réfléchir sérieusement au modèle d’Europe qu’ils souhaitent réellement. Réformer l’UE ? Ou créer une véritable démocratie transnationale ? Le professeur d’Oxford Timothy Garton Ash, qui a déjà décrit le Brexit comme cauchemar, comme la plupart des Britanniques bien sûr, continue de penser européen, comme le montre son essai dans le magazine Prospect. Il y réclame un “nouveau libéralisme” qui prenne au sérieux les Lumières et les droits de l’Homme, et pas seulement le marché libre. Si l’Europe réussissait une renaissance dans ce sens, elle serait équipée contre les divisions populistes, plus sûre et plus performante que tous États de non-droit.

© European Utopia e.V.

Au tout début

Août 2019, huit amis d’une Europe meilleure (et un témoin d’âge préscolaire) viennent de fonder l’Utopie européenne à Munich. Ce qui a commencé petit, a progressé continuellement. Depuis février 2021, ce site est en ligne - et les nouveaux membres, donateurs et sympathisants sont toujours les bienvenus (plus d’informations sous QUI NOUS SOMMES)!

Compte de don à la GLS Bank :
European Utopia e.V.
IBAN : DE02 4306 0967 1112 6290 00
BIC : GENODEM1GLS

L’association European Utopia e.V., reconnue d’utilité
publique, a été fondée le 1er août 2019 à Munich
et est entrée au registre des associations le 22 avril 2020.
Cliquez ici pour les statuts.

Compte de don à la GLS Bank :
European Utopia e.V.
IBAN : DE02 4306 0967 1112 6290 00
BIC : GENODEM1GLS

L’association European Utopia e.V., reconnue d’utilité
publique, a été fondée le 1er août 2019 à Munich
et est entrée au registre des associations le 22 avril 2020.
Cliquez ici pour les statuts.